fren

Actualités

  • « Jamais seul » par Patrick Milward

    Certains pilotes l’oublient et la plupart des passagers et des observateurs ne s’en rendent même pas compte.

    Voler est quelque chose qu’on ne fait jamais vraiment seul.

    Avant même d’arriver à l’aéroport, l’avion a été contrôlé et entretenu conformément à des règles et règlements stricts par des mécaniciens, des manutentionnaires et d’autres personnels au sol.

    Le jour du vol, l’avion est protégé, les passagers sont accompagnés tout au long du processus, de la réservation compliquée jusqu’au moment où ils sont assis dans l’avion. Restauration et services à bord sont autant d’avantages qui nécessitent du personnel.

    Un aéroport international est une petite ville en soi. Même pour prendre l’avion et suivre une route sûre, le pilote commandant de bord et le copilote comptent toujours sur les contrôleurs aériens pour les amener à destination en toute sécurité.

    Quelle que soit votre façon de voler, vous ne volez jamais vraiment seul.

    Chez Astonfly, c’est exactement la même chose. Pour qu’un vol de formation se déroule, les mécaniciens, les instructeurs, les gestionnaires, le personnel d’exploitation et le personnel administratif travaillent tous ensemble pour rendre chaque vol et chaque leçon possible, tout en respectant les règles de sécurité les plus strictes.

    Une compagnie aérienne agira de la même manière.

    Le travail d’équipe est au cœur de l’industrie aéronautique. Un principe ancré dans les fondations de cette industrie. Le vol commercial moderne ne peut fonctionner sans lui.

    Mais où je veux en venir ?

    Au cours des deux dernières années, notre industrie a été attaquée et les doigts accusateurs étaient pointés sur nous. Les gens devraient arrêter de voler parce que nos avions polluent, font du bruit et sont à l’origine de nombreuses autres retombées dramatiques.

    Je n’entrerai pas dans un discours technique détaillé sur ces facteurs, je garderai cela pour un autre article.

    Avant cela, il est essentiel de comprendre l’origine fondamentale du problème : la politique et le manque de défense.

    Notre industrie travaille si dur pour améliorer, inventer et développer que nous oublions que nous devons également expliquer, enseigner et informer.

    Expliquer que le développement aéronautique est désormais indissociable du développement humain. Tout le monde n’a pas le temps et l’argent à dépenser pour voyager en voilier jusqu’à New York pour un sommet international. Bien sûr, un voilier pollue moins. Bien sûr, ça parait bien de l’utiliser comme moyen de communication pour des raisons de propagande. Mais ce n’est certainement pas pratique pour l’économie moderne. C’est pourquoi les voiliers ne sont plus utilisés.

    Expliquer que voler est indissociable du comportement humain car depuis le premier homo sapiens, les hommes ont exploré, voyagé, conquis de nouveaux territoires, de nouveaux horizons. Faut-il faire différemment ? Certainement. Faut-il être plus respectueux de la nature ? Indubitablement. Devrions-nous nous arrêter jusqu’à ce que nous ayons un meilleur moyen de transport ? Certainement pas. Ce n’est pas ainsi que le progrès fonctionne. Nos explorations d’aujourd’hui ne sont pas pour découvrir de nouvelles terres mais découvrir notre humanité et rencontrer d’autres personnes et d’autres sociétés, améliorer nos relations au niveau global.

    Enseigner à nos jeunes la science, la technologie, l’industrie. Encourageons-les à explorer leur esprit et à améliorer les inventions des générations précédentes. Le vol électrique est en cours d’écriture. De nouveaux propulseurs, respectueux de la nature, sont déjà envisagés, explorés et en cours de développement. Ce n’est qu’une question de temps avant de trouver de nouvelles sources d’énergie pour nous propulser à travers le ciel.

    Renseignons le public sur notre industrie. Jusqu’où nous sommes arrivés, combien nous nous sommes améliorés, combien de fois nous avons tenu nos promesses d’amélioration. Le transport aéronautique est LA SEULE industrie du transport à avoir toujours tenu ses promesses de réduction de pollution et de bruit. Et nous continuons.

    Enseigner à nos passagers. Des millions de passagers voyagent chaque année et pourtant, un tiers d’entre-eux ont peur ou ont eu peur de voler. Pourquoi ? Le vol a atteint un niveau de sécurité fabuleux, mais les gens ont toujours peur. Il n’y a qu’une seule raison, ils ne savent pas. Ils ne savent pas pourquoi ni comment les avions volent. Ils ne comprennent pas comment tout cela fonctionne. Des millions de passagers sont assis sans rien faire pendant des heures dans les aéroports et durant les vols. Pourquoi nous, l’industrie, ne leur enseignons-nous pas pendant qu’ils sont assis ? Nous pouvons faire plus.

    Informer sur les impacts. Assurons-nous que le public soit au courant que l’industrie n’ignore pas les conséquences en ne faisant rien. Nous sommes intéressés par ce que le public pense de l’environnement, de la réduction du bruit, de la sécurité des populations.

    Informer sur la démographie du vol. L’aviation générale n’est pas seulement quelques uber-riches s’amusant à brûler des combustibles fossiles dans le ciel pour leur plaisir égoïste. Non, l’aviation générale, c’est aussi des milliers de futurs pilotes qui ont besoin de beaucoup se former pour atteindre le niveau exceptionnel attendu des compagnies aériennes.

    Informons sur les dizaines de milliers d’emplois que l’industrie offre. La fermeture d’un aéroport d’aviation générale est d’une ampleur destructrice inimaginable qui touche bien plus que les quelques appareils qui passent au-dessus des riverains.

    Les élèves-pilotes d’Astonfly ne sont jamais seuls. Ils sont poussés, encouragés, soutenus et formés. Nous leur demandons d’avoir les connaissances et le savoir-faire. Mais, beaucoup plus difficile, nous essayons de leur apprendre le savoir-être. Quelle attitude est attendue d’eux. Quelle intensité ils doivent mettre dans leur formation. Quel respect est dû aux instructeurs, aux personnels et à l’environnement. Comprendre la précision et le travail de qualité, ce ne sont pas seulement des notes pour les examens, c’est aussi un mode de vie pour un pilote professionnel.

    Chez Astonfly, nous aimons aussi parler à nos voisins, les gens qui se plaignent des nuisances. Nous sommes présents aux réunions locales et régionales pour améliorer les relations avec les voisins mais aussi pour améliorer les procédures et rechercher des solutions.

    Donc non, un pilote n’est jamais seul. Il est même essentiel pour le pilote de ne jamais l’oublier. Même si ce n’est qu’un camion de pompiers escortant lentement un avion avec un pneu crevé hors de la piste, ou un mécanicien agissant immédiatement pour s’assurer qu’un vol part à l’heure, un pilote n’est jamais seul.

    Un pilote doit ses ailes aux autres.

    < Retour