fren

Actualités

  • « In English please ! » par Patrick Milward

    Nous avons beaucoup de chance de travailler dans une industrie aussi intéressante, qui a permis la naissance du vol humain.  

    Il est connu que le premier vol à propulsion humaine a été réalisé par les frères Wright à Kittyhawk, en Caroline du Nord, aux États-Unis. Depuis ce jour, le pays est devenu un paradis de l’aéronautique. 

    L’Europe a été à la poursuite de cet objectif, et, c’est la France, qui est entrée en action et qui a marqué l’histoire de l’aéronautique avec de nombreux pionniers : Blériot, Deperdussin, Farman, …

    L’autre partie de l’Europe n’est pas non plus restée dans l’ombre : Allemagne, Angleterre, Italie, les Pays-Bas. Tous, ont eu leurs héros volants. 

    En bref, il y a eu beaucoup de bonnes fées autour du vol motorisé.

    Au cours des décennies suivantes, et, d’autant plus, après la Seconde Guerre Mondiale, l’anglais est devenu la langue principale dans les compagnies aériennes. D’abord pour toutes les procédures formelles, les manuels et les instructions, et ensuite, pour tous les échanges vocaux dans le cockpit. 

    Avec l’avènement des compagnies aériennes à bas-prix, qui embauchent des pilotes de différents pays, l’anglais est devenu la langue de référence, même pour les conversations « non réglementaires ».

    Le mélange des nationalités à bord des vols commerciaux a rendu cette pratique obligatoire. 

    C’est pourquoi, chez Astonfly, la formation ATPL Intégré se fait en anglais et qu’un test est donné à chaque nouveau candidat.  

    Le plus souvent, nous sommes confrontés à de jeunes candidats dont la connaissance de l’anglais est nettement inférieure à la moyenne.

    Même si nous faisions des formations en français, la capacité, pour ces futurs pilotes, à trouver un emploi, serait proche de zéro. Chez Astonfly, nous avons à cœur de former des professionnels mais le véritable objectif est de les former et de leur donner une meilleure chance de trouver leur place dans un cockpit. Et c’est là, le véritable dessein des centres de formations les plus sérieux.

    Futurs pilotes ! Si j’ai un conseil important à vous donner, ce serait : 

    Apprenez l’anglais !

    Avant de prendre contact avec un centre de formation de pilotes professionnels, assurez-vous que votre anglais atteint, au minimum, le niveau C1 sur le standard européen de compétence linguistique.

    Le travail acharné et le dévouement vous donneront un très bon niveau avec une formation purement aéronautique, mais le manque d’anglais de base pourrait vous empêcher de trouver un emploi. 

    Vous pouvez aussi apprendre de façon ludique. Par exemple, regardez seulement des émissions en anglais sans sous-titres. Vous vous divertirez et apprendrez en même temps. 

    Un autre conseil : écoutez la BBC au quotidien. Sans vous en rendre compte, vous capterez rapidement de plus en plus de mots et bientôt vous comprendrez les commentateurs. Apprendre l’anglais n’est pas si compliqué, il faudra essentiellement faire preuve de détermination.

    Lisez anglais, écoutez anglais et le plus important de tous, parlez anglais !

    Au pire, si l’aviation ne devient pas une réalité, vous aurez acquis un outil pour toute votre vie.

    Au mieux, vous serez un pilote professionnel compétent.

    Futurs pilotes, commencez à travailler votre anglais et souvenez-vous…

    … in English please !*

    *En anglais s’il vous plait

    < Retour